Les survivants de l'hiver : se faire discret


L'hiver est une période compliquée pour les animaux en général, et plus encore pour ceux qui vivent en montagne : températures très basses, déplacements dans la neige et sur un terrain accidenté, énergie dépensée dans les pentes...


Le changement de couleur de l'environnement en hiver, quand le paysage devient blanc, est aussi un problème important pour pouvoir se faire discret, que l'on soit une proie ou un prédateur : difficile de passer inaperçu dans ces conditions, avec une couleur habituellement sombre !


Pour pallier à cet inconvénient, 3 animaux changent de "robe" en hiver en montagne :

- L'hermine (en photo), dont le bout de la queue reste noire. Il est à noter qu'elle restera couleur chocolat (avec le poitrail blanc) si elle se trouve en plaine, là où il n'y a pas de neige


- Le lagopède alpin, un oiseau de la famille des gallinacés (il ressemble d'ailleurs à une poule assez élancée), dont l'extrémité de la queue reste noire. Ils ont la particularité d'avoir 3 plumages différents au cours de l'année : en été, en automne et en hiver


- enfin le lièvre variable, ou blanchon, au corps plus ramassé que le lièvre d'Europe et aux oreilles plus courtes, afin de limiter les pertes de chaleur. C'est le bout de ses oreilles qui restent noires


Le lagopède et le lièvre variable sont de véritables espèces artico-alpines, c'est à dire qu'on les retrouve dans les Alpes mais également jusqu'en Scandinavie, Laponie et Sibérie. Contrairement à l'hermine, qui adapte sa livrée en fonction de son milieu de vie, le lagopède et le lièvre variable changent systématiquement de couleur en hiver.


Ce qui est donc un avantage de leur évolution peut donc se transformer en énorme handicap si la neige n'est pas au rendez-vous : nous voyons alors des points blancs très visibles se déplacer dans un décor marron !


Des suivis sont ainsi faits, notamment dans le Mercantour, pour étudier l'évolution de ces espèces fragiles et directement impactées par le changement climatique. Les hivers sans neige et avec des températures trop douces pourraient bien être fatales à ces animaux, si ce changement était plus rapide que leurs capacités d'évolution...

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout